dimanche 31 janvier 2016

Orange et le picking des cerises

Salut à tous !


imageNous revenons dans ce nouvel article pour vous parler de notre expérience de cherry picking (cueillette de cerises) dans la ville d’Orange (cueillir des cerises à Orange, on ne pouvait pas l’inventer celle-là ^^).  Nous avons trouvé ce job en fouillant les sites de petites annonces sur internet. A la base, nous avions dans l’optique de trouver un petit job à Sydney pour un mois ou deux. Les recherches se sont révélées plus difficiles que ce qu’on imaginait. C’est pour cela que lorsque nous sommes tombés sur cette annonce, nous avons tout de suite téléphoné au fermier. Plusieurs places étaient dispo dès le lendemain. Nous avons donc abandonné nos (petits) plans à Sydney pour rouler 2h vers l’ouest.

DCIM\100MEDIANous rencontrons alors Troy (le fermier) qui nous explique en quoi consiste le job. Nous sommes ensuite conviés à revenir le lendemain à 7h30 pour commencer.
Le lendemain, on nous remet un bucket (l’espèce de seau que nous portons sur la photo). C’est un bucket de 5kg tenu par deux lanières. On passe les deux bras dedans, et c’est parti mon kiki !
12565589_10208600056384397_4447799049639973288_nAvec ces buckets, nous devions remplir des lugs. Ce sont des sortes de cagettes d’environ 14kg chacune (sur la photo de gauche). Nous sommes payés par cagette remplie ($13 la cagette). Régulièrement, de gros tracteurs passent pour récupérer nos récoltes. Ils poinçonnent alors notre carte en indiquant combien de lugs nous avons rempli.
1264729A0_10208600067384672_5662424285240489656_n
A la fin de la journée, les cartes sont ramassées pour comptabiliser les récoltes de chacun. Nous réussissions à remplir une trentaine de lugs par jour. A $13 la lug, je vous laisse calculer à quel point ça valait le coup de faire des journées à rallonge. Nous commencions à 5h30 environ et finissions, suivant notre état de fatigue, entre 15h et 17h. Nous nous levions très tôt pour commencer à la fresh, et aussi pour être là avant tout le monde hihihi! En 6 jours de boulot, nous avons récolté 2300 kg de cerises !
IMG_9987
IMG_9991
Un des petits plaisirs de commencer si tôt le travail est de pouvoir profiter des magnifiques levés de soleil sur le verger.
IMG_9945
IMG_9948
Malgré les superbes paysages, ce n’était pas évident de se lever si tôt tous les matins (à 4h30 – 5h). Ramasser les cerises n’est pas difficile. Ca ne fait pas spécialement mal au dos puisque nous pouvons vider notre seau quand on veut, et que les cerises sont la plupart du temps à hauteur d’homme. Le dos est plus ou moins épargné. En revanche, nous faisions tout de même de longue journée. Souvent juste une mini pause le midi pour repartir le plus vite possible au boulot. On ne se plaint pas car cette organisation était volontaire. Certains autres commençaient à 8h30, prenaient une pause d’une heure le midi et repartaient à 16h (ils ne devaient sûrement pas avoir besoin d’argent ceux-là Open-mouthed smile). De notre côté, nous avons préféré donner le meilleur de nous-même pendant 6 jours pour être financièrement tranquilles ensuite pendant un bon bout de temps. C’est le choix de chacun.
DCIM\100MEDIAComme vous pouvez le voir, nous avions la plupart du temps la tête fourrée dans les arbres. Jusque-là, tout est normal lorsqu’on ramasse des fruits. Petit souci, nous vous rappelons que nous sommes en Australie, pays regorgeant de monstrueuses araignées!! C’était vraiment notre grosse hantise : se retrouver nez à nez avec une grosse araignée poilue! Etonnamment, nous n’avons vu aucune bébête, ouf !
IMG_9951
DCIM\100MEDIA
DCIM\100MEDIA
IMG_0002
Outre l’aspect financier, l’autre bon côté de travailler en ferme, c’est qu’on rencontre du monde ! La plupart des autres travailleurs sont également backpackers. Tout le monde est dans la même situation, donc évidement, ca rapproche ! Nous avons rencontré des personnes fabuleuses avec qui nous avons passés de supers moments ! Andréa qui vient du Chili, Hugues (ou Bernard pour les intimes) qui vient de Belgique, et Sam (absent sur la photo), qui vient du Canada. Andréa ne parlant pas français, nous parlions en anglais la plupart du temps. Nous avons également passé Noël tous ensemble. Cette année, nous avons évidemment zappé le foie gras, le saumon eDCIM\100MEDIAt les huitres pour découvrir d’autres saveurs : les saveurs de l’Inde ! Merci au resto indien de la mini ville où nous étions pour nous avoir accueilli le soir du réveillon. Nous étions bien évidement les seuls dans le resto, mais nous avons tout de même passé une excellente soirée ! Noël au bout du monde avec des étrangers .. Ce n’était pas un noël comme les autres, mais ce qui est sûre, c’est qu’on s’en souviendra longtemps !

IMG_9999IMG_9985
Pendant ces six jours, nous dormions au camping de la ville, à 5 minutes de la ferme. C’est la solution la plus économique que l’on pouvait trouver. Nous payions $9 par personne et par nuit, autant dire que ce n’est pas du tout excessif.

Voilà pour ce qui est de notre première expérience en ferme. Nous nous attendions à bien pire au niveau du salaire et de la pénibilité, donc nous sommes très contents ! Nous n’avons travaillé que 6 jours car les récoltes étaient terminées. Les arbres étaient complètement vides … Sinon, nous aurions continuer encore quelques jours avec plaisir.
Après avoir quitté la ferme, nous avons repris la direction de Syndey. Sur la route, nous nous sommes arrêtés quelques jours pour visiter les Blue Mountains … A suivre Smile
IMG_9966 - IMG_9977_fused

Gros bisous à tous !

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire